Haut
book_and_feather.gif (18440 Byte)

TRADUCTION OECUMENIQUE DE LA BIBLE EN OTETELA

     Présentation du projet

CONTEXTE

L' Otetela est une langue bantu parlée au centre de la Rép. Dém. du Congo (ex-Zal're), sur toute l'étendue du District du Sankuru (territoires de Lomela, Lodja, Katako-Kombe, Kole Lubefu, Lusambo) et sur une grande partie de la Province de Maniema ( territoires de Kindu et Kibombo). C'est le parler de l'extrême Sud-Est du groupe Mongo. Actuellement, on avance le chiffre de plus d'un million de locuteurs de la langue otetela.

GENESE DU PROJET DE TRADUCTION DE LA BIBLE

A l'origine du projet se présente un double problème linguistique, à savoir : la coexistence sur l'aire tetela de deux orthographes, l'une courante chez les Méthodistes à Wembo-Nyama et l'autre utilisée surtout par les Catholiques à Tshumbe. Sur le même territoire également sont utilisées deux traductions des textes bibliques : « Dikelemba dy'oyoyo » (1948), oeuvre de feu Mgr J.Hagendorens, premier Evêque catholique de Tshumbe et « Bible k'ekila » (1953), traduction protestante comprenant tous les livres bibliques à l'exception des deutéro-canoniques ;le besoin s'est fait-sentir de trouver d'abord une nouvelle orthographie commune et une équipe chargée de traduire ensemble dans une langue courante et comprise par tous les locuteurs tous les livres qui composent la Bible.En 1978, un groupe d'étudiants en Théologie au Grand Séminaire de Malole initie un projet de traduction de la Bible en Otetela. Vers la môme époque, en 1980 se tient à Diengenga (Lodja) un séminaire sur les nouvelles techniques de traduction basée sur les équivalences dynamiques, par le Dr Ellington et Jan P. Sterk. Y étaient présents : les Catholiques, les Méthodistes et les Kimbanguistes. Immédiatement une équipe interconfessionnelle dirigée par l'Abbé J.-A. Nyeme est chargée de commencer le travail et le siège est établi à Yanga. L'équipe comprend cinq membres de chaque confession (Catholique et Protestante).

METHODE DE TRAVAIL

La méthode de travail comporte quatre étapes :

1° Première ébauche : une équipe basée au siège du projet à Yanga travaille chaque jour pour l'élaboration de la première ébauche. Indistinctement, chaque membre reçoit un livre biblique ou une partie de celui-ci à traduire.

2° Discussion : toute l'équipe se retrouve ensuite en un lieu convenu pour examiner ensemble le résultat de la première ébauche, par péricope d'abord, par verset ensuite et enfin on réexamine l'ensemble du livre.

3° Réactions et échos ; les membres de l'équipe de traduction rentrent dans leurs églises respectives pour expliquer, défendre le texte traduit et recueillir les remarques.

4° Fixation : enfin tous les traducteurs se retrouvent à Yanga pour repasser le texte mot à mot et fixer définitivement le manuscrit à envoyer à l'impression

RESULTATS

1° La première étape, assez longue naturellement, a consisté d'abord à faire accepter la nouvelle orthographie. D'aucuns, surtout à certains niveaux de la hiérarchie protestante, étaient contre l'adoption d'une nouvelle écriture. La joie actuelle est de constater qu'il y a une accalmie concernant l'orthographe et de voir que" tous les membres de l'équipe de traduction s'acceptent mutuellement. Toutes les confessions religieuses ont adopté la nouvelle orthographie et toutes les résistances sont vaincues. Toutefois, la nécessité se fait sentir de former les gens, surtout dans les écoles, à cette nouvelle orthographie.

2° La parution du Nouveau Testament "Dyokaneelo dy'oyooyo" (1991). Actuellement le texte du Nouveau Testament est en circulation et les échos sont très favorables. Par rapport aux anciennes versions, l'opinion reconnaît que le texte actuel est plus acceptable. C'est désormais le texte officiel de référence adopté par les Eglises chrétiennes de la région/Le premier stock de 4.500 exemplaires a été vite épuisé et de nombreuses demandes sont enregistrées chaque jour.

3°Quant à l'Ancien Testament, la première ébauche de tous les livres est terminée. Le texte traduit est déjà mis sur ordinateur, y compris les livres deutéro-canoniques. L'équipe se propose de terminer le travail de réexamen et de discussion dans un délai de trois ans.

DIFFICULTES

1° Après la parution de la traduction du Nouveau Testament, le travail de l'équipe a été quelque peu freiné à cause des problèmes de santé et de décès de certains membres de l'équipe des traducteurs. La Société Biblique du Congo et l'Alliance Biblique Universelle ont apporté un cours apprécié et ont permis d'éviter un éventuel blocage pendant cette période. De nouveaux membres sont venus également remplacer les disparus.

2° Un autre problème délicat concerne les salaires. Selon les accords, chaque confession religieuse supporte la moitié de salaire de ses traducteurs. Pour les Méthodistes, la Société Biblique du Congo garantit l'autre moitié. A un certain moment cette dernière tranche n'arrive plus, parce que les Eglises d'appartenance ne savent pas payer la première moitié. Cela fait que les traducteurs restent parfois une année sans salaire. Même le déplacement ne leur est pas assuré.

 3° Du côté catholique, les membres recevaient depuis 1978 l'aide des Eglises Catholiques Suisses. Depuis quatre ans, cette aide n'arrive plus. La Coopérative de Yanga a continué pendant une année à payer les traducteurs de l'Eglise Catholique. Aujourd'hui, on est à la recherche d'une solution pouvant permettre d'aller jusqu'à la fin des travaux.

4°L'équipe travaille à Yanga avec le strict minimum. Elle est dépourvue de'la logistique élémentaire.. L'ordinateur acheté en 1990 est en panne, le papier fait continuellement défaut. Les membres ne savent pas non plus se déplacer pour se rencontrer conformément au calendrier prévu.

CONCLUSION

Malgré les difficultés, l'équipe des traducteurs est animée d'une réelle volonté de continuer le travail et de faire en sorte que la Parole de Dieu soit la propriété de chacun des fidèles. Ce travail se fait au prix de beaucoup de sacrifices et les membres sont décidés a respecter les échéances données. L'effort des Eglises locales, de la Société Biblique du Congo, de l'Alliance Biblique Universelle, sera dans l'avenir de trouver des solutions aux problèmes qui bloquent actuellement la poursuite du travail déjà avancé.

Haut